La famille Oliver

La Famille Oliver

En tant que mère monoparentale, Cindy Oliver a dû grandement compter sur le soutien et la générosité offerts par le Manoir et la Salle familiale Ronald McDonald.
Nom de la famille
Les Olivers
A séjourné au
Manoir du Sud de l'Alberta
Nuits passées
à l'OMRM
60
« Mon séjour au Manoir du sud de l’Alberta a été une véritable bénédiction. »
J’ai toujours voulu être mère. Comme j’étais célibataire, j’ai décidé d’entamer des démarches de fécondation in vitro. Lorsque j’ai appris que j’étais enceinte, je débordais de joie. Les nausées, les vêtements de maternité… tout ce qui entourait la grossesse m’enthousiasmait.

Le 15 novembre, à 22 semaines de grossesse, je me suis rendue à l’hôpital régional de Red Deer, sentant que quelque chose clochait. Le médecin m’a examinée et m’a informée que mon col était dilaté à trois centimètres. Pour sauver mon futur bébé, j’ai décidé de subir un cerclage du col de l’utérus d’urgence. Après l’intervention chirurgicale, on m’a annoncé à mon réveil qu’il n’avait rien pu faire puisque mon col était complètement dilaté.
Je ne comprenais pas ou je ne voulais pas y croire lorsque le médecin m’a dit que j’allais probablement perdre mon bébé. J’ai pris un repos forcé au lit pour tenter de mener ma grossesse à terme. Si le bébé naissait avant 24 semaines de gestation, les médecins ne pourraient pas le réanimer. Cela signifiait qu’il devait passer deux semaines à l’hôpital de Red Deer avant qu’ils envisagent de me transférer à Calgary ou à Edmonton où l’unité néonatale des soins intensifs (UNSI) possède l’équipement nécessaire pour un bébé aussi prématuré. Après cinq jours passés à l’hôpital de Red Deer, on m’a annoncé que l’Hôpital Foothills de Calgary acceptait de m’accueillir à 23 semaines de grossesse.

Le 4 décembre 2013 à 18 h 28, et après 24 semaines de grossesse, August Christian est né, pesant une livre et 14 onces et mesurant 13 pouces. J’ai à peine pu le tenir ou même le regarder plus de quelques secondes avant que l’équipe néonatale l’amène pour lui prodiguer les soins vitaux. Trois jours se sont écoulés avant que je puisse le prendre dans mes bras. Et même si je n’ai pu le tenir qu’une heure, ce moment s’est révélé décisif pour moi; j’ai su au fond de mon cœur qu’il allait s’en sortir.

J’étais sur la liste d’attente du Manoir Ronald McDonald du sud de l’Alberta, où j’ai par chance été admise lorsqu’on m’a donné mon congé de l’hôpital. L’endroit m’a étonnamment semblé vaste et accueillant. J’étais aussi émue aux larmes de la générosité des donateurs : un sac de gâteries avait été gentiment suspendu à la poignée de porte à l’attention d’August et moi.

Nous devions demeurer à cet endroit pour un long moment puisque la plupart des bébés prématurés ne peuvent pas retourner à la maison avant la date initiale à laquelle était prévu l’accouchement. Mon séjour au Manoir du sud de l’Alberta a été une véritable bénédiction. Comme j’étais seule, les gens autour qui sympathisaient avec moi m’ont apporté beaucoup de réconfort. Lorsque je retournais au Manoir pour souper chaque jour, nous nous racontions comment notre journée s’était déroulée et nous nous apportions force et courage. Nous sommes tous maintenant des amis pour la vie.

Comme je ne pouvais pas travailler, j’éprouvais certaines difficultés financières. Ce fardeau a été en grande partie allégé par mon séjour au Manoir Ronald McDonald puisque je n’avais pas de facture d’hébergement ou d’épicerie à payer. Et c’est sans compter qu’un repas chaud m’était servi chaque soir par des bénévoles bienveillants. Sans cette aide, je crois sincèrement que je n’aurais pas soupé la très grande majorité du temps.

Le personnel et les bénévoles du Manoir Ronald McDonald ont réellement contribué à rendre l’endroit chaleureux, où il était bon de rentrer après une journée à l’hôpital. Ils sont toujours heureux de nous voir et nous donnent des accolades, tout sourire. Ils font tout en leur pouvoir pour nous faire sentir comme à la maison.

August prenait du poids et vers la mi-janvier, il pesait 3 lb et 3 oz. On l’a transféré à l'UNSI de l’Hôpital régional de Red Deer le 10 février puisque son état n’était plus jugé critique.

La première chose qui a attiré mon attention à l’hôpital de Red Deer était une affiche qui indiquait que le Manoir Ronald McDonald du centre de l’Alberta était ouvert de jour aux familles dont un enfant recevait des soins à l’UNSI. Même si je n’avais pas besoin d’un endroit où dormir, j’ai visité le Manoir à l’occasion pour y manger et prendre une pause. Je pouvais me rendre à l’hôpital à pied et le personnel et les bénévoles du Manoir m’ont toujours fait sentir la bienvenue.

À un peu moins d’un mois avant la date initiale prévue pour l’accouchement, j’ai enfin pu revenir avec August à la maison. Tout se passait bien les deux premières semaines lorsque le malheur a frappé : j’ai remarqué qu’il ne respirait pas. J’ai composé le 911 et il a été emmené à l’hôpital pour être mis sous surveillance pendant cinq jours.

De retour à la maison, August a de nouveau eu un problème respiratoire et nous avons dû de nouveau retourner à l’hôpital. Même durant ces courts séjours à l’hôpital, le Manoir m’a toujours offert le soutien dont j’avais besoin. Armés de nouveaux médicaments, nous sommes revenus à la maison… à la date d’accouchement prévue!

Un an plus tard, August est plein de vie. Il est heureux, en santé et GROS! Il pèse maintenant plus de 20 lb et non seulement il arrive à s’asseoir seul, mais fait des roulades au sol. Je crois qu’il sautera l’étape qui consiste à ramper et passera directement à celle de marcher. Notre petite famille sera à jamais reconnaissante de l’aide offerte par le Manoir Ronald McDonald — il demeurera toujours ma deuxième maison.
Faites un don pour aider plus de familles à demeurer ensemble
Faites un don
Lisez l'histoire d'autres familles
Manoir des province de l'Atlantique Salle Familiale, Halifax
La Famille Rumsby
Manoir de la Colombie-Britannique et du Yukon
La Famille Russell
Les Manoirs Ronald McDonald aident les enfants malades à demeurer près de leur famille et à obtenir les soins nécessaires à leur guérison.
Notre cause